Skip to content


Retour sur les affrontements de samedi à Berne

Samedi 12 septembre à Berne les nationalistes turcs appelaient à un rassemblement contre le « terrorisme kurde » à 14h sur la Helvetiaplatz. Mais les kurdes se sont rassemblés à 11h pour occuper la place et protester contre les opérations militaire de l’armée turque visant les civils au Kurdistan ainsi que pour dénoncer le soutien de la Turquie aux factions islamistes en Syrie (front al-Nosra / ISIS etc) .

Dépités de s’être fait devancer, les fascistes turcs ont tenté d’attaquer le rassemblement kurde.

Quelques groupes ont tenté d’approcher la Helvetiaplatz pour provoquer et intimider les kurdes.

La réaction des kurdes et de leurs amis ne s’est pas faites attendre.

La police à alors du intevenir pour protéger les agresseurs qui voyaient leur propre violence se retourner contre eux.

C’est alors que sur une rue périphèrique de la place, des voitures remplies de turcs ont foncé sur un groupe de manifestant renversant sauvagement plusieurs d’entre-eux.

Malgré ces attaques, les kurdes n’ont pas quitté la place ou devait se dérouler le rassemblement fasciste, la police s’est alors mise en tête d’évacuer les lieux par la force. Une ligne de policiers anti-émeute s’est acharné à coup de gaz irritant et de balles en caoutchouc sur la foule pour la faire reculer le plus loin possible d’Helvetiaplatz.

Les kurdes ont alors tranquillement contourné le cordon pour reformer une masse critique dans le dos des flics en plein milieu de la place, profitant même de la relative tranquilité de l’espace reconquis pour hisser la banderole de tête sur le monument central. A noter que celles et ceux qui ont subi les assauts de gaz et de caoutchouc ont décidé de ne pas répondre et se sont même assis aux pieds de la police ralentissant les anti-émeute débordés.

place+banderolle

La banderole de tête sur le monument central (Helvetiaplatz / Bern)

Malgré les pression de la police et des nervis de l’ultradroite turque, les kurdes ont réussi le pari de tenir Helvetiaplatz ce samedi après midi et d’empècher les fascistes de déverser leur haine dans les rues de Berne.

Dans la soirée, le batiment de la police cantonale, en face de la Schützenmatte, s’est fait attaquer en réponse aux violences policières de la journée et pour dénoncer la protection que les flics ont offert aux fascistes turcs.

Posted in Actions, Actualités, Evenements.

Tagged with , , , , , , , , , , , , , , .